Connaître, diffuser

Activités sur le secteur

  • En 2021, dans la continuité des années précédentes, le secteur a été impliqué dans la mise en œuvre de nombreux protocoles de suivis scientifiques. On peut citer entre autres : le suivi sur le changement climatique aux alpages sentinelles des Rossets et de La Plagne à Peisey-Nancroix ; le suivi des populations de chamois par des méthodes indiciaires (IPS/IPA chamois) dans les massifs du secteur ; le suivi des bouquetins marqués de la population de Peisey-Champagny ; la mise en place du suivi temporel des oiseaux de montagne (STOM) ; et concernant la flore, le suivi de la présence de la Valériane celte, espèce protégée au niveau national, et dont la présence en tarentaise n’est connue que sur les revers du vallon de Prariond (Val d’Isère) ;
  • La participation au suivi de l’espèce « loup », dans le cadre du réseau national Grands prédateurs pour le compte de l’Etat, notamment par le relevé d’indices lors de prospections hivernales ou pose de pièges photos ;
  • L’amélioration de la connaissance sur la fréquentation par les chauves-souris des sites d’altitude sur la RNN de la Grande Sassière via le programme AltiChiro du Muséum national d’histoire naturelle et le suivi de gîtes de reproduction connus ;
  • Le suivi de la nidification de trois couples de gypaètes barbus à Bourg-Saint-Maurice, Peisey-Nancroix et Val d’Isère, mais un seul gypaéton à l’envol en 2021 (contre régulièrement trois les années précédentes), celui des Chapieux. Par ailleurs, Bellevarde, né en 2020 à Val d’Isère, a été retrouvé mort le 30/12/2020, probablement percuté par un train. Vous pouvez consulter le bilan 2021 en cliquant ici. Il est toujours possible de suivre le parcours des gypaétons Altitude et Bellecôte nés à Peisey-Nancroix, respectivement en 2019 et 2020, et équipés d’une balise GPS ;
  • Toutes les données faune/flore, d’inventaire, recueillies en continu par les agents du Parc sont accessibles à tous par le site Internet BiodiVanoise, elles sont par ailleurs exploitables par les communes signataires de la convention d’échange des données.

Ce qu’il faut retenir pour Tignes

  • La mise en œuvre du plan de gestion de la Réserve naturelle nationale de la Grande Sassière avec entre autres le suivi de la population hivernantes de bouquetins (un seul comptage au lieu de 3 du fait des conditions météos et avalancheuses : 118 bouquetins comptés dans la Sassière le 26/02/2021) ; et concernant la flore, la mise en place d’un sentier botanique le long de la piste menant au lac de La Sassière et le suivi de la présence de la Seslérie ovale, espèce protégée au niveau national, dont les seules populations connues à l’ouest des Alpes sont sur les communes de Tignes et de Val d’Isère ;
  • La gestion de la Réserve naturelle nationale de Tignes-Champagny : afin d’améliorer les connaissances du patrimoine naturel de la réserve, réalisation par des prestataires d’une cartographie des habitats de l’ensemble de la réserve et d’un inventaire des coléoptères présents ;
  • Le suivi des populations de chamois par des méthodes indiciaires dans les massifs du Mont Pourri et de la Sassière/Prariond ;
  • Le suivi de la station PHENOCLIM (changement climatique par suivi de 3 espèces végétales) du CREA au Chevril à Tignes.
1/4 PNV
1/4 PNV
1/4 PNV
1/4 PNV