Avifaune et domaines skiables

Aux côtés des domaines skiables depuis plus de 20 ans, nous cherchons à apporter des solutions concrètes aux professionnels pour réduire les risques de percussion de l’avifaune avec les câbles aériens des remontées mécaniques.

La première étape repose souvent sur un diagnostic des câbles les plus dangereux. Il est fait au sein de chaque domaine, en élaborant un plan de visualisation qui permet de prioriser les opérations. Pour un meilleur partage d’expérience, une base de données développée par l’Observatoire des Galliformes de Montagne (qui coordonne ce volet sur les Alpes Françaises et les Pyrénées) recense les câbles diagnostiqués dangereux et les cas de mortalités d’oiseaux associés.

Les opérations à mettre en œuvre pour limiter les percussions entre avifaune et câbles passent souvent par la mise en place de systèmes de visualisation pour rendre les câbles plus visibles : flotteurs pour les téléskis, Birdmark pour les télésièges et télécabines, drapeaux à damiers pour les câbles de transports d’explosifs (CATEX).

Le travail de recherche avec les constructeurs de remontées mécaniques, les entreprises régionales de plasturgie et des fournisseurs d’équipements pour les stations de ski est continu afin de concevoir des systèmes toujours plus adaptés aux différentes situations, faciles à mettre en place et d’un coût raisonnable. Ainsi, de nouvelles technologies, telles la pose par drone, sont maintenant mobilisées pour s’adapter aux contraintes des gestionnaires et faciliter la pose de ces balises dans des situations où l’accès est difficile. Les derniers axes de recherche portent sur la visualisation des câbles mobiles.

1/6Birdmark telesiege PNV - Sandrine Berthillot
1/6Birdmark telesiege PNV - Sandrine Berthillot
1/6Flotteur teleski PNV - Sandrine Berthillot
1/6Flotteur teleski PNV - Sandrine Berthillot
1/6Birdmark telesiege PNV - Sandrine Berthillot
1/6Flotteur teleski PNV - Sandrine Berthillot

Dans l'objectif de la prise en compte de l'avifaune sur les domaines skiables, et en complément de ces dispositifs, des zones de tranquillité, espaces non-skiés, sont créés au sein des domaines skiables : elles permettent aux galliformes et notamment aux tétras-lyres de ne pas s’épuiser par des déplacements inutiles et ainsi augmenter leur chance de survie à l’hiver. Des études sont en cours pour optimiser l’efficacité de ces zones avec le concours de domaines skiables pilotes comme les 3 Vallées (convention), les Arcs/Peisey Vallandry ou Val Cenis Vanoise (projet Birdski 2020-2022).

L’efficacité de ces dispositifs fait l’objet d’un suivi dans lequel les employés des domaines ont un rôle clé à jouer : informer les experts sur les oiseaux trouvés morts au pied d’une infrastructure (le lieu et l’état sanitaire de l’oiseau apportent des renseignements précieux), la sensibilisation du public aux mesures mises en place et à l’importance de leur respect. Pour que ce retour d’expérience fonctionne, les agents du Parc se rendent disponibles pour accompagner et former les équipes de professionnels sur cette thématique.

Nous mettons également à disposition des supports de communication pour informer les skieurs des engagements pris par la station pour la préservation des oiseaux de montagne.

Pour plus de renseignements ou être accompagné dans votre démarche, n'hésitez pas à nous contacter.