Dispositifs d'appui / accompagnement à l'agriculture

Vous êtes agriculteur sur le territoire du Parc, nous pouvons vous accompagner pour intégrer la préservation de l’environnement dans vos démarches.

Pour accompagner les éleveurs et leurs bergers face à la prédation

  • Le logement des bergers en alpage :

Le Parc peut apporter un appui technique, voire financier, pour faciliter la restauration de chalets sur les alpages. Si aucun bâtiment n’existe sur l’alpage, nous disposons de 10 abris d’urgence qui peuvent être mis à votre disposition. D'un confort sommaire, ils peuvent apporter une aide pour renforcer ponctuellement la présence humaine à proximité des troupeaux. Ces abris sont mis à disposition, moyennant une participation de 300 € aux frais d’héliportage (estimés à 1 700 €) et une participation physique le jour J pour la pose et la dépose de l’abri. Si vous êtes éleveur en cœur de Parc, un courrier vous est envoyé en début d’année, n’hésitez pas à vous manifester pour en bénéficier.

 

  • L’aide à l’approvisionnement des chalets d’alpages en début de saison :

Le Parc réalise et prend en charge financièrement des héliportages de matériel agricole (filets, batteries, sel, croquettes pour les chiens de protection...) et de fournitures. Pour en bénéficier, prenez contact avec notre chargé de mission agroenvironnement, ou notre référent agricole de secteur.

 

  • La mise à disposition de dispositifs d’effarouchement :

Les tirs d’effarouchement et létaux étant réglementairement interdits en cœur de Parc et dans les réserves naturelles nationales, du matériel d’effarouchement peut être mis à disposition des éleveurs qui en font la demande. Deux types d’équipements sont proposés : les Turbo fladry (fils électriques équipés des bandelettes de tissu verticales qui bougent sous l’effet du vent, à installer autour du parc de nuit) et les foxlights©, qui émettent un signal lumineux de façon aléatoire pour simuler une présence humaine à proximité du troupeau.

 

  • La réalisation des constats de dommages :

Dans la zone cœur, les constats de prédation sont réalisés par nos agents à la demande de l’État (la mission est assurée par l'OFB (ex-ONCFS) dans le reste du département). Si vous subissez une attaque, laissez un message sur le répondeur de la DDT73 qui réoriente les appels vers les différents opérateurs de l’État. Nos agents prendront rapidement contact avec vous pour procéder au constat qui sera ensuite transmis à la DDT pour instruction.

 

  • La brigade de bergers d’appui

Le Parc met en place, en partenariat avec la SEA 73, une brigade de deux bergers d’appui embauchés de mi-juin à mi-octobre. Ces bergers mobiles viennent en aide aux alpagistes en cas d’attaque de leur troupeau. Ils peuvent aussi venir en renfort ou en remplacement pour soulager la charge de travail des alpagistes. Un planning d’interventions quotidiennes est programmé par la SEA 73 selon les besoins des éleveurs et est modifié en cas d’urgence. Si vous êtes éleveur en cœur de Parc, un courrier vous est envoyé en début d’année, n’hésitez pas à vous manifester, auprès du Parc ou de la SEA 73 () pour en bénéficier.

 

Pour le développement de pratiques combinant performance économique et performance environnementale

Le Parc coordonne depuis 2010 la mise en place de la MAE "gestion pastorale" sur les alpages du cœur de Parc. Des plans de gestion individuels sont élaborés en lien avec les alpagistes afin de concilier au mieux les pratiques agricoles et les enjeux environnementaux. Les pelouses de l'étage alpin font partie des milieux à enjeux auxquels cet outil apporte beaucoup.

Pour anticiper les impacts du changement climatique

Enfin pour vous aider à anticiper l’impact des changements globaux sur votre activité, le Parc est engagé dans le dispositif « Alpages sentinelles » coordonné à l'échelle des Alpes par l’INRAE et réunissant éleveurs, bergers, techniciens agricoles, pastoralistes, chercheurs et gestionnaires de milieux naturels.

Ce dispositif étudie l'évolution de différents paramètres physiques (pluviométrie, vitesse de déneigement, ...), naturels (ressource en herbe, biodiversité végétale, ...) et humains (pratiques pastorales, niveaux de prélèvement en herbe) pour comprendre et anticiper l’impact des aléas climatiques. 6 alpagistes sont engagés aux côtés du Parc national.

Des outils techniques et méthodologiques sont à votre disposition :

  • Le document « comprendre le changement climatique en alpage » qui fournit des repères et des données factuelles sur les évolutions climatiques et leurs impacts sur les écosystèmes d’altitude et les activités pastorales ;
  • Une méthode d’analyse de la vulnérabilité d’un alpage au changement climatique qui donne un cadre de réflexion sur les voies d’adaptation mobilisables à l’échelle d’un alpage et du système d’élevage associé.

Vous souhaitez rejoindre le dispositif ou bénéficier de conseils pour analyser la vulnérabilité de votre alpage : contactez-nous !