Connaître, diffuser

Activités sur le secteur

En 2020, le secteur de Modane s'est impliqué dans une vingtaine de protocoles scientifiques, dont certains en collaboration avec d'autres partenaires (Chambre d'agriculture, Direction Départementale des Territoires, instituts de recherche comme le Centre de Recherche sur les Écosystèmes Alpins...), parmi lesquels on retrouve :

Bouquetin

Le programme phare de l’année 2020 devait être la translocation de 20 bouquetins de Vanoise pour un renforcement génétique à destination de la population du Mercantour. Celui-ci n’a pas eu lieu en raison de la crise sanitaire et sera reporté au printemps 2021. Deux colliers GPS ont quand même pu être posés cette année.

Loup

Le suivi hivernal du loup a mis en évidence la présence de 2 meutes sur le territoire de la Haute Maurienne pour un nombre minimum de 13 individus.

Flore

Les suivis et prospection de la flore.

Gypaète barbu

La découverte d’une nouvelle aire de gypaètes barbus sur Sardières, la première sur le secteur, la 8e pour le territoire de la Vanoise.

À noter que trois jeunes gypaètes (Bellevarde, Altitude et Peisey 2020) ont été équipés, en Vanoise, de balise GPS dont on peut suivre les déplacements avec ce lien.

Oiseaux communs de montagne

Un nouveau protocole de suivi des oiseaux communs de montagne (STOM), moins connus que les oiseaux emblématiques (aigle, gypaète...), a été mis en place pour mieux connaître leur présence et leur évolution. Ce programme est mené en lien avec l’Office français de la biodiversité.

Ce qu’il faut retenir pour Aussois

  • Le programme de suivi des bouquetins marqués pour connaître la dynamique démographique et spatiale des populations ;
  • Les IPS et IPA chamois (1 quartier de suivi au plateau du Mauvais berger) pour connaître la dynamique démographique et spatiale des populations ;
  • Le programme Alpages sentinelles de suivi du changement climatique sur l'estive du groupement pastoral d'Aussois ;
  • L'appui à une étude sur les coléoptères coprophagesinsectes nécessaires au recyclage de la matière organique sur l’alpage et qui participent à son enrichissement et bon fonctionnement. Cette microfaune est menacée par les traitements phytosanitaires, changements globaux, etc. Le Parc, partenaire de l’Université Paul Valéry et du centre d’Écologie fonctionnelle et évolutive (Montpellier), s’est investi dans l’étude de ces insectes. Les résultats feront l’objet d’une restitution auprès du monde agricole ;
  • Le suivi des mesures compensatoires de la parcelle 12 sur le site de l'Esseillon.
1/4 PNV
1/4 PNV
1/4 PNV
1/4 PNV